Quelles différences existe-t-il entre l’allemand d’Allemagne, d’Autriche et de Suisse ?

Posted on 11 August, 2018

La majorité des locuteurs allemands vit en Allemagne (environ 80 millions), en Autriche (approximativement 8 millions) et dans la partie germanophone de la Suisse (à peu près 5,5 millions). Mais vous vous en doutez depuis longtemps, la langue allemande n’est pas exactement la même partout. Dans la plupart des écoles et des universités, on enseigne l’allemand « standard » ou « Hochdeutsch », également appelé Schriftsprache (« langue de l’écrit ») ou Schriftdeutsch (« allemand de l’écrit »). Si l’on a appris l’allemand standard, on est en principe dans le domaine de la langue allemande bien préparé. Premièrement, parce qu’il en représente en quelque sorte la quintessence, et deuxièmement, parce qu’il ressemble fortement aux langues régionales. Troisièmement, en générale les gens qui parlent une langue régionale peuvent se passer de l’allemand standard, car ils le maîtrisent déjà. Leur prononciation reste cependant colorée par la langue régionale, ce à quoi l’on doit s’habituer. Il peut s’agir de la mélodie, d’intonations différentes ou de prononciations de certains sons, lettres ou syllabes qui se distinguent donc de l’allemand standard.

Comment les Allemands, les Autrichiens et les Suisse-allemands parlent-ils ?

Les différences sont déjà grandes au sein même de l’Allemagne. Les personnes originaires de Saxe s’expriment très différemment de celles originaires de Bavière ou du nord de l’Allemagne. En Bavière, on salue souvent en disant  « servus », ce qui veut dire « hallo » ou « wie geht’s » en allemand standard. En Saxe, les diphtongues « au » et « ei » sont souvent prononcées comme des monophtongues : « Baum » devient « Boom » et « Bein » devient « Been ». De plus, les consonnes sourdes sont souvent rendues sonores : on dit « Babba » pour « Papa » ou « Gondo » pour « Konto ». Les Autrichiens utilisent aussi le mot « servus » comme formule de salutation courante, alors que les Suiisse-allemands disent « Grüezi ». En Autriche, « Taxler » signifie « Taxifahrer » et l’on qualifie un humour particulier de « Schmäh ». Les Suisse-allemands donne à leur dialecte le nom de « Schwizerdütsch » (« suisse-allemand »). Il n’est pas rare qu’ils prononcent le « k » « kch ». Leur prononciation des « ch » diffère aussi de celle de l’allemand standard.