Quelle est la meilleure méthode pour apprendre l’allemand ?

Posted on 5 August, 2018

Il n’existe évidemment pas une seule et unique manière d’apprendre une langue. La manière d’appréhender l’apprentissage varie en fonction des professeurs, des écoles, mais aussi des apprenants. Les personnes issues de pays occidentaux, par exemple, ont probablement l’habitude des leçons basées sur des livres : livres de grammaire, manuels, cahiers d’exercices, etc. Cependant, de nombreux apprenants viennent de régions où il est de coutume recopier la leçon est écrite au tableau et ensuite de l’apprendre par cœur. L’esprit critique et l’auto-apprentissage ne sont pas enseignés partout. C’est pourquoi nous prenons grand soin d’expliciter aux participants nos stratégies d’apprentissage dès le début des cours pour leur montrer comment ces stratégies pourront les aider à atteindre leurs objectifs.

Apprendre signifie évoluer et s’intégrer

Ce qui est particulièrement important, c’est de savoir que d’apprendre une langue ne se résume pas à apprendre par cœur : plonger dans la langue allemande revient à s’intégrer progressivement dans l’environnement germanophone, sa culture et son histoire. Quand on apprend une langue, en l’occurrence l’allemand, on évolue et on élargit son horizon. Les nouvelles idées, les nouvelles rencontres, les nouvelles opportunités, mais aussi parfois les grandes incompréhensions viennent compléter les connaissances préexistantes par de nouvelles expériences. Ainsi, l’apprentissage de l’allemand signifie aussi pour nous, à Anda Sprachschule, l’accompagnement et le soutien des apprenants dans leur évolution personnelle.

Entendre et voir pour apprendre

Au début, apprendre l’allemand c’est comme gravir une montagne : on ne comprend rien à ce qui est dit. Par contre, si l’on simultanément visualise ce dont il est question, par exemple au travers d’images, on comprend déjà davantage. On s’habitue dans un premier temps aux sonorités de la langue ce qui permet d’identifier le sens ou le rôle de certaines séquences phonétiques. Ensuite, on peut tenter notre première prise de parole. A retenir : c’est lorsque l’on peut tester ses connaissances, aussi limitées soient-elles, dans les échanges avec les gens et que l’on peut les étoffer à partir des réponses qui nous sont apportées, que l’on a apprend le plus efficacement une langue. Passée cette première phase d’accès à la langue, on dispose déjà d’un petit répertoire de mots et de phrases courtes. On peut alors commencer à faire référence à d’autres choses qu’à ce qui se trouve dans son environnement immédiat. A ce stade, le vocabulaire actif (c’est-à-dire les mots que l’on utilise) est certes encore assez restreint mais l’on comprend déjà beaucoup d’autres mots, même si l’on n’est pas encore en mesure de les utiliser (vocabulaire passif). Et le son de nombreux mots semble également déjà familier, bien qu’on ne comprenne pas encore leur signification. On apprend la langue bien plus facilement lorsque l’on est capable de reconnaître ses sons. En se familiarisant avec eux, les mots incompréhensibles au départ passent progressivement du vocabulaire passif au vocabulaire actif.

Conseils supplémentaires pour apprendre l’allemand

Encore quelques astuces pour réussir votre apprentissage :

  • Etablissez un programme et intégrez votre apprentissage dans votre emploi du temps
  • Testez vos nouvelles connaissances dans la vie quotidienne. Si vous remarquez certaines lacunes, essayez de les combler plus tard en autonomie.
  • Apprenez toujours les substantifs avec leurs articles. Profitez-en pour mémoriser le genre qui leur est attribué.
  • Parfois les liens entre les mots apparaissent plus clairs, lorsque l’on peut les visualiser. Pourquoi ne pas faire un dessin ou un schéma ?
  • Habituez-vous le plus tôt possible aux médias germanophones. Les séries télé peuvent être un bon moyen de commencer.