L’allemand, c’est difficile à quel point ?

Posted on 5 August, 2018

Honnêtement, l’allemand peut-être une langue compliquée : ses multiples cas grammaticaux, ses mots aux genres différents, ou bien simplement la longueur de ses phrases à tiroirs, ou encore ses mots composés, les fameux Komposita, donnent du fils à retordre à plus d’un. Mais la bonne nouvelle, c’est que vaincre ces difficultés, c’est possible ! Voici quelques aspects de la langue qui peuvent parfois rendre l’apprentissage difficile.

Cas et genres

Le cas d’un mot dépend surtout de sa fonction dans la phrase et de sa relation avec le reste des mots. L’allemand possède quatre cas, il en a donc moins que le latin ! Alors si des gens arrivent à apprendre le latin, l’allemand figure sans aucun doute dans le champ des possibles. Le genre des mots peut également être problématique. Pour certains d’entre eux, cela paraît compréhensible : l’homme est masculin, la femme est féminin et l’enfant est neutre. Mais alors comment se fait-il que le soleil soit féminin et la lune, masculin ? Pourquoi dit-on «der Teller», mais «die Tasse» ? C’est juste une question de pratique.

Les allemands adorent les mots-composés

Presque tous les apprenants se heurtent à un moment donné à l’une des particularités de l’allemand qui, dans beaucoup d’autres langues, n’existe pas : les substantifs sont assemblés pour former de nouveaux mots, d’une grande longueur. L’exemple du mot «Donaudampfschifffahrtskapitänsmützenschild» (l’écusson sur la casquette du capitaine du bateau à vapeur du Danube) est certes un peu exagéré mais les mots tels que «das Verkehrsumgehungsschild» (le panneau de signalisation de déviation), «der Haustürschlüssel» (la clé de la porte d’entrée) ou encore «der Kleiderbügel» (le cintre [à vêtements]) font partie du langage courant. Ces mots à rallonge semblent souvent indéchiffrables au début. Ça vient avec le temps.

Comment raconter au passé?

L’allemand possède plusieurs temps du passé, à savoir le passé composé, l’imparfait et le plus-que-parfait. Le choix de l’un ou de l’autre se fait en fonction du moment où l’évènement a eu lieu et de son déroulement dans le temps. Les verbes doivent également être conjugués aux personnes correspondantes et pour cela, il existe des règles mais aussi de nombreuses exceptions. Pas de panique : la maîtrise des temps verbaux s’acquiert avec le temps et de l’entraînement.

La place des verbes dans la phrase

Malheureusement, l’allemand a l’habitude de séparer les verbes construits à partir de plusieurs mots, allant placer l’une des parties du verbe à la fin de la phrase. Ainsi «Ich habe gesagt» (j’ai dit) devient « Ich habe dir das doch vorher schon gesagt » (je te l’ai déjà dit plus tôt). Ou bien «Sie hat geöffnet» peut se transformer en «Sie hat mit dem Paket in der Hand, das sie gerade vom Boden aufgenommen hatte, als das Telefon klingelte, die Tür geöffnet» (Avec dans les mains le paquet qu’elle venait de ramasser par terre lorsque le téléphone a sonné, elle a ouvert la porte). Alors parfois lorsqu’on cherche le verbe, on finit par le trouver en plusieurs parties à différents endroits dans la phrase. Même si lire peut s’avérer difficile, on peut prendre son temps. Pour ce qui est de la conversation, là encore la maîtrise vient avec la pratique.

Dialectes, accents et les différences régionales

Beaucoup d’apprenants ont des difficultés avec les lettres et les sons allemands, souvent complètement différents de ceux existant de leur langue maternelle. Mais ce n’est pas tout : tous apprennent l’allemand standard, mais tous ne l’utilisent pas. On trouve dans la sphère germanophone de nombreuses régions où l’on parle des dialectes qui se distinguent très clairement de l’allemand standard. Des accents particuliers ou des expressions régionales peuvent vous paraître étranges de prime abord. Un bon conseil : écoutez attentivement les gens autour de vous. Apprenez l’allemand et un jour où l’autre vous comprendrez aussi les spécificités linguistiques régionales.